Accueil Articles De Indesign à Scribus

De Indesign à Scribus

Convertir ses fichiers PAO propriétaires vers un format ouvert !

La majorité des travaux de création éditoriale et de mise en page étant réalisée avec des logiciels de création graphique, l’accès aux contenus et à la création initiale impose d’accéder au travail avec un logiciel adapté. Lorsque plusieurs personnes sont amenées à ouvrir et modifier un même fichier, tous les intervenants doivent posséder le logiciel, ou disposer d’un logiciel équivalent à même d’exploiter le format d’enregistrement sans difficulté.

Dans le monde du logiciel propriétaire, la règle impose à tous les professionnels de la chaine graphique de travailler avec le même outil logiciel, en l’occurrence la suite Adobe, imposant au passage son modèle économique et organisationnel. Aujourd’hui, concurrencé par différents acteurs propriétaires de plus petites tailles comme qu’Affinity, les logiciels libres de création graphique permettent déjà depuis plusieurs années de s’émanciper de ce modèle. Librement accessible à tous sans exception, utilisant des formats ouverts, les logiciels libres de créations graphiques représentent une alternative crédible à quiconque s’y intéresse. Bien entendu sous réserve d’investir du temps à leur découverte !

Les logiciels libres Scribus, Inkscape, Gimp, Krita, Darketable… apportent toutes les fonctionnalités essentielles aux professionnels. Ils sont donc largement suffisants pour les utilisateurs occasionnels qui n’ouvrent le fichier que quelques fois par an pour modifier des textes, changer des photos, voir créer puis rééditer des magazines d’information ou des dépliants.

Ils sont aussi :

Propriétaire ou libre, le contenu des fichiers sources est soumis au droit d’auteur ! La création de fichiers sources exploitables par un tiers sous une licence libre d’usages et de modifications, peut aussi devenir un élément de la vente quand on souhaite accorder l’autonomie. Les logiciels libres de création graphique apportent ainsi des réponses pertinentes en permettant à n’importe quel client de devenir autonome tout au long de la vie de ses documents.

Les logiciels libres utilisant des formats ouverts, l’archivage de ces fichiers offre aussi plus de garanties sur le long terme, parfois indépendamment du logiciel. Scribus utilise ainsi le format SLA (basé sur XML) et Inkscape le format SVG (basé lui aussi sur XML), deux standards ouverts qui peuvent être ouverts et modifiés avec de simples éditeurs de textes (Cette manipulation est traitée en fin d’article).

Les logiciels matriciels comme Gimp, Krita, MyPaint ne sont pas en reste : le format OpenRaster [1] permet de contenir des images matricielles, des filtres de compositing et des effets dans une structure XML.

Que vous héritiez de fichiers qui proviennent du logiciel Indesign ou que vous décidiez d’utiliser le logiciel libre Scribus, ce tutoriel présente la conversion d’un document simple. Loin de moi l’idée de laisser penser que toute conversion soit facile, mais elle permet dans la plupart des cas de récupérer le travail déjà accompli.

Ce tutoriel est réalisé avec la version 1.5.7 de Scribus (version de développement), réalisé sur OSX. En fonction de votre système, de légères variations d’interfaces peuvent se présenter.

Icones des fichiers IDML et SLA
Icônes du format Idml et du format SLA de Scribus

Préparer la conversion

Basé sur une mise en forme XML des documents, le format de rétrocompatibilité d’Indesign "IDML", permet de réaliser la conversion vers le format de Scribus. IDML a été implémenté par Adobe pour permettre d’enregistrer un fichier pour une version antérieure du logiciel et permettre à des personnes qui possèdent la version de Indesign « N-1 » d’ouvrir un fichier IDML créé avec une version Indesign « N ». (InDesign CS2 a introduit le format INX, puis InDesign CS4 a remplacé INX par IDML).

Ce qui semble apparaitre comme une fonctionnalité appréciable se trouve en fait un palliatif. Les versions successives d’Indesign engendrent des incompatibilités avec les versions antérieures. Justifiées par l’ajout de fonctionnalités, elles obligent les utilisateurs qui souhaitent s’échanger des fichiers, à s’équiper moyennant finance d’une version plus récente. Adobe a donc créé IDML, pour permettre cette rétrocompatibilité entre ses propres formats propriétaires. L’enregistrement IDML occasionne parfois quelques pertes en fonction des échanges entre versions de logiciels, mais cette solution permet à l’éditeur de proposer une option de rétrocompatibilité tout en préservant son modèle économique principal basé sur le renouvellement du parc logiciel et l’achat de licence via son format fermé IND et son abonnement à son cloud. [2]

De IND à IDML

Si vous ne possédez pas le logiciel d’origine et que vous disposez de fichiers aux formats natifs IND, vous pouvez souscrire à une évaluation d’essai du logiciel auprès de l’éditeur, le temps de convertir vos fichiers vers le format IDML.

Pour enregistrer votre fichier en IDML depuis Indesign, choisissez :

Édition, Enregistrer sous" puis choisissez le format IDML.

En fonction de la version du logiciel, vous pouvez passer par :

Édition, Exporter, puis "Indesign Markup (IDML)"

Conversion en masse vers IDML

Si vous avez un nombre conséquent de fichiers à transformer, vous pouvez utiliser un script pour réduire le temps de travail. Un script écrit par Peter Kahrel mis gracieusement à disposition sur son site permet de convertir les fichiers IND sans avoir à les ouvrir un par un. Ce script nécessite d’avoir une version d’Indesign sur son poste.

Script bash de conversion IND vers IDML

Une fois ce script décompressé, placez-le dans le dossier "Script/Script Panel" de votre application.

Le script dans l'arborecence de fichier
Emplacement du fichier de script

Ouvrez la fenêtre Scripts

Fenêtres > Utilitaires > Scripts

Double cliquez sur le script et indiquez vos dossiers de récupération et de destination.

Script de conversion IND vers IDML
Fenêtre du script de conversion en masse de fichiers Indesign vers idml

Scribus à l’assaut des formats

Scribus permet d’ouvrir pas moins de 30 formats de fichiers différents ! Des possibilités bien pratiques lorsqu’on n’a plus accès au logiciel en question !

Copie d'écran Scribus : Les formats supportés
Liste des formats que Scribus peut ouvrir

Si Scribus se charge d’ouvrir le fichier IDML, nous devons anticiper l’ouverture du fichier Indesign pour que les liens entre les polices et les images soient assurés. Les polices du document doivent être chargées dans Scribus et le dossier de rassemblement disponible. Si vous n’êtes pas familier avec le principe de "rassemblement" ou de "fichiers sources" je vous recommande de lire "Les fichiers sources de créations graphiques" en premier.

Rassembler les éléments

Pour commencer, enregistrez ou exportez votre document au format IDML depuis Indesign, et procédez au rassemblement du document.
Pour rappel, le rassemblement avec Indesign permet de regrouper tous les fichiers utilisés dans le document ainsi que les fonts.

Votre dossier rassemblé avec le fichier IDML :

Copie d'écran Indesign : le dossier de rassemblement IDML
Contenu du dossier de rassemblement

Activer les polices dans Scribus

Scribus charge les polices installées sur votre système, mais ne prend pas forcément en compte les instructions d’autres logiciels de type "gestionnaire de polices". Cette fonctionnalité est intégrée directement dans le logiciel.

Ouvrez Scribus, mais n’ouvrez pas de documents. Allez dans les Préférences, zone "Polices"

Copie d'écran Scribus : lister les polices activées
Vérifier la disponibilité des polices sur son système d’exploitation
Copie d'écran Scribus : précharger les polices
Précharger des polices pour Scribus

Le dernier onglet nous permet de récupérer directement les polices dans le dossier de rassemblement. Dans "Chemin additionnel", ajoutez les polices de votre dossier rassemblement. Validez et redémarrez le logiciel pour prendre en charge ses changements.

Copie d'écran Indesign : polices dans le dossier de rasemblement
Polices dans le dossier de rassemblement

Ouvrir les documents IDML

Avant d’ouvrir votre document, vous pouvez vérifier la bonne prise en charge de vos polices en cochant "Afficher l’aperçu".

Copie d'écran Scribus : visualiser une image importée
Prévisualisation des polices et images dans Scribus avant ouverture du fichier.

Seuls les composants textes et blocs images de Scribus sont visualisés sur cet aperçu.

Importer vos images

une fois votre document ouvert, les polices et les textes en place, nous pouvons importer les visuels. Allez dans le menu "Extra" et sélectionnez "Gérer les images".

Copie d'écran Scribus : Gérer le simages
Gérer les images dans Scribus

Recherchez le répertoire où se trouve votre image. Dans notre cas elle se trouve dans le dossier rassemblé.

Rassembler des éléments
Images du dossier de rassemblements Indesign

Une fois le répertoire indiqué, démarrer la recherche de visuels.

Copie d'écran Scribus : importer un visuel
Vérifier la disponibilité d’une image dans Scribus

Scribus a conservé l’intitulé de vos noms de fichier lors de l’import de l’IDML, vous n’avez donc plus qu’à valider en cliquant sur "selectionner".

Si vous avez plusieurs images, n’oubliez pas de cocher "Appliquer à toutes les images correspondantes".

Copie d'écran Scribus : charger une image
Charger une image dans Scribus

Quelques retouches pour la forme !

Les effets appliqués dans Indesign et enregistrés dans le IDML, peuvent parfois être supprimés lors de l’ouverture avec Scribus. Dans ce tutoriel, les arrondis sur le cartouche de téléphone ont disparu à l’importation. Appliquons-les de nouveau sous Scribus !

Exemple : réappliquer l’arrondi sur le bloc téléphone

Copie d'écran Scribus, arrondis à appliquer
Un bloc Scribus avant d’appliquer des arrondis
Copie d'écran selection des arrondis dans Scribus
Fenêtre de Scribus permettant d’appliquer des arrondis aux blocs.
Copie d'écran arrondis dans Scribus
Appliquer des arrondis à une cartouche Scribus

Fin de la conversion

Hormis une retouche volontaire pour grossir un corps de texte sur cette deuxième réimpression, la conversion est terminée et les deux fichiers sont presque identiques.

Une différence de taille quand même : vous avez désormais un fichier dans un format ouvert !

Notre ancien fichier vu dans Indesign

Copie d'écran Indesign
Vue du modèle dans Indesign

Et notre fichier vu dans Scribus

Copie d'écran Scribus
Vue du modèle dans Scribus

Ouvrir le fichier SLA avec un éditeur de texte.

Les formats de fichier étant basé sur le langage XML, pour accéder au fichier source Scribus, nous pouvons l’ouvrir avec un éditeur de texte(?)Éditeur de texteUn éditeur de texte est un logiciel dédié à l’écriture de textes bruts, tels que du code informatique. À la différence d’un logiciel de traitement de texte, il n’est pas conçu pour travailler la mise en forme du texte. Destiné à écrire avec des langages de programmation, il est doté de fonctions adaptées à la rédaction de codes informatiques. On trouve des éditeurs de texte sur tous les systèmes d’exploitation.. Vous pouvez aussi changer l’extension du fichier en .XML au lieu de .SLA. et vice versa.

Copie d'écran : changement d'extension de fichier
Changer l’extesnsion de fichier de SLA en XML

Accéder au fichier source permet même sans être équipé du logiciel de récupérer une partie du contenu. Par exemple, la charte couleur CMJN, les typographies utilisées, ou le contenu textuel.

Copie d'écran de ligne de commande du fichier XML
Exemple de données récupérables dans le code XML

Toute manipulation impossible à faire avec un logiciel privilégiant son format propriétaire. Cet accès au code source du fichier offre de plus aux personnes connaissant le langage XML, la possibilité d’exploiter le contenu dans un contexte de programmation !

Pour toute question ou discussion concernant cet article, merci d’utiliser le formulaire ci-dessous.